L’art du manque

Ou quand le départ d’une collègue devient un prétexte pour composer sur le manque.

Le manque est un mot plein de sens

Et je peine à le définir.

Spontanément, je pense : absence ;

Un vide impossible à guérir.

Après plus mûre réflexion,

Cette souffrance est un cadeau

Qu’on ne ressent qu’à l’occasion

Du départ de quelqu’un de beau.

En fait, le manque c’est l’amour ;

Quand on veut avoir près de soi

Une personne pour toujours

Mais que le destin nous déçoit.

Car attention à ses dérives :

De l’amour à la dépendance

Notre coeur, aisément, chavire.

Alors arrive la souffrance…

Les amis comme les amants

De nous peuvent bien s’éloigner

Mais ce n’est que physiquement

Car nos esprits, ils ont marqué !

Une réflexion sur “L’art du manque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s